La commission d’accréditation a été mise en place en 2002 par le conseil d’administration de la FFAT à la suite du week-end : « Etre art-thérapeute aujourd’hui ». Nous avons initié une réflexion sur les critères d'évaluation des compétences de l'art-thérapeute. Un document a été rédigé en novembre 2004 par le Conseil d'Administration de la FFAT, énonçant les critères retenus pour l'accréditation des membres actifs de la fédération. Ce document a été complété par le CA en octobre 2008.

 

L'objectif de la procédure d'accréditation est d'établir une base commune de compétences pour l'exercice des arts-thérapies, au-delà de la diversité des orientations et des méthodes existantes. Par cette accréditation le syndicat reconnaît la compétence d'un art-thérapeute. Il s'agit pour le candidat de faire valider un parcours de professionnalisation dont les critères sont indiqués dans notre texte de base d'accréditation. Il lui est vivement conseillé de compléter et d'enrichir ce parcours tout au long de sa vie professionnelle.

 

→ Télécharger le dossier d'accréditation SFAT 2021

 

Le dossier d'accréditation est suivi d'un oral afin de permettre une discussion avec le candidat (en visioconférence).

 

→ Lien vers notre texte de base d'accréditation

 

Travailler en tant qu'art-thérapeute - le salariat, l'activité libérale, les associations

 

 Régimes de travail pour les arts-thérapeutes :

 

I - Les arts-thérapeutes sont employés en tant que salariés en CDI, CDD, en vacataire ou occasionnel dans les hôpitaux, cliniques, associations, services municipaux, centres pénitentiaires, etc.

Si vous êtes salarié(e), vous pouvez bénéficier du régime général et des prestations sociales (maladie, maternité, congé de paternité, invalidité, décès, formation permanente, etc). Les droits de la sécurité sociale sont possibles dès que le salarié effectue un nombre d'heures ou de jours minimum de travail salarié ou assimilé sur une durée précise. Pour plus de renseignements, vous pouvez contacter la Caisse Primaire d'Assurance Maladie de votre département.

Si vous êtes vacataire, il existe des contrats de vacation selon le secteur d'activité dont relève l'employeur. L’assurance en responsabilité civile professionnelle est en principe couverte par celui-ci.

 

II - Les arts-thérapeutes exercent sous un régime de travailleur indépendant (activité en cabinet privé ou interventions en institutions), avec l’attribution d'un N°Siret et le rattachement à l'URSSAF, professions libérales, code APE-NAF 8690 F « Activités de santé humaine non répertoriées ailleurs », BNC (Bénéfices non commerciaux).

L’activité indépendante peut être exercée sous plusieurs régimes :

 •  Soit sous le régime des professions libérales réglementées « entrepreneur individuel », (réglementées dans la catégorie des auxiliaires médicaux comme les psychologues ou les psychomotriciens, par exemple), l'art-thérapeute ne peut s'y rattacher qu'à condition d'avoir également le titre de psychothérapeute, car ces titres sont protégés par la loi.

•  Soit sous le régime de l'auto-entrepreneur/ micro-entrepreneur qui bénéficie d’un régime simplifié de calcul et de paiement des cotisations et contributions sociales obligatoires. Chaque mois ou chaque trimestre, selon son choix, il doit calculer et payer l’ensemble de ses charges sociales personnelles en fonction de son chiffre d’affaires.

Si l'activité d'auto-entrepreneur est l'activité principale, l'auto-entrepreneur bénéficie de l'assurance maladie-maternité, invalidité-décès, allocations familiales spécifiques à son régime. Le paiement (mensuel ou trimestriel) des cotisations est effectué auprès de l'URSSAF. La caisse de retraite est alors la CIPAV (Caisse interprofessionnelle de Prévoyance et d'Assurance Vieillesse), organisme officiel.

En activité libérale, il n'y a pas de congés payés ni d'indemnités chômage.

Si l'activité d'auto-entrepreneur est l'activité secondaire, l'auto-entrepreneur reste affilié à son régime salarié pour son assurance maladie-maternité, remboursements maladie, indemnités journalières salariées, allocations familiales.

 

III.  Les associations d'art-thérapeutes ou de paramédicaux

Voir sur :

http://vosdroits.service-public.fr/associations/F3109.xhtml#Slf

http://www.je-veux-entreprendre.fr/devenir_independant/pourquoi_une_cae.php

 

L'Assurance Responsabilité Civile Professionnelle :

La responsabilité civile est très vivement recommandée en activité libérale car elle permet aux arts-thérapeutes de bénéficier d'une protection juridique en cas de dommages corporels, matériels et immatériels. Il importe de se renseigner auprès des assureurs qui acceptent de couvrir les travailleurs indépendants (auto-entrepreneur ou régime libéral). Avant de souscrire à une assurance en responsabilité civile professionnelle, il faut veiller à ce que le terme d'art-thérapeute / art-thérapie figure bien sur le contrat.

 

La protection juridique :

Il faut différencier la Responsabilité Civile de la Protection Juridique : elles nécessitent deux assurances distinctes et ont des finalités spécifiques. Dans la garantie de responsabilité civile, l’assureur prend en charge la réparation des dommages que son assuré (l'art-thérapeute) cause à un tiers. En ce qui concerne la  protection juridique, l'assureur n’indemnise aucun tiers, mais il assiste l'assuré dans le règlement d'un litige ou d'une plainte déposée par un tiers, à l'amiable ou en procédure.

 

Un article complet sur ces sujets, intitulé « Construire et développer son activité d’art-thérapeute », avec des références détaillées et des exemples de rémunérations des arts-thérapeutes, est disponible dans notre brochure de 2010, « L’art-thérapie, une profession à part entière », (voir sur notre site à la page Publications).

 

 

Voici nos réponses aux questions les plus fréquemment posées...

 

 

« L'art-thérapie est une pratique de soin fondée sur l'utilisation thérapeutique du processus de création artistique. »

definition

Définir les arts-thérapies est complexe. L'art se met au service du soin pour renouer une communication, stimuler les facultés d’expression et dynamiser les processus créatifs de la personne. Il s’agit de soins psychiques mais aussi de soins du corps. Les arts-thérapeutes interviennent auprès de personnes souffrant de difficultés psychiques et/ou psychologiques, ou en situation de fragilité (maladie, vieillissement, handicap, éducatif, exclusion sociale, dépendances, traumatismes, ...)

 

Les arts-thérapeutes reçoivent les personnes au sein de leur atelier, cabinet ou en institution, travaillant seul ou en équipe. À travers la production artistique : modelage en terre, peinture, bande dessinée, marionnette, personnage de théâtre, chant, danse, musique, vidéo, l'écriture, les arts-thérapeutes aident à développer les capacités créatives, à construire une image valorisante de soi, à exprimer et soulager une souffrance...

Les arts-thérapeutes créent un dispositif d'accompagnement permettant à la personne d’exprimer, de mettre en forme et d’élaborer le dicible comme l'indicible, de créer des liens et du sens dans un processus de changement.

 

 

Les arts-thérapeutes ont une connaissance et une pratique artistique personnelles.

Ils travaillent avec une seule médiation ou en associent plusieurs :

- Peinture - Dessin - Collage - Photo ...

- Sculpture - Modelage - Installation ...

- Danse - Expression corporelle - Mouvement ...

- Musique - Voix - Rythme ...

- Cinéma - Image animée - Vidéo ...

- Théâtre - Mime - Conte - Masque - Marionnettes - Clown ...

- Littérature - Ecriture ...

 

 

Les ateliers ou les prises en charge sont proposés en individuel ou en groupe. Les séances durent une à deux heures, voire davantage, selon le type de population concerné et la forme d'intervention. La périodicité des séances se décide au début de l’engagement, après une rencontre préliminaire. C’est un travail qui se développe dans la durée, un minimum de séances est nécessaire.

En libéral, il s'agit généralement d'une démarche volontaire du patient ou de sa famille. Une prise en charge à domicile est possible. En institution, une indication est posée et discutée avec l’équipe pluridisciplinaire, en accord avec le patient, et s'inscrit dans une prise en charge globale.

Actuellement les arts-thérapeutes exercent dans diverses structures (liste indicative mais non exhaustive) : foyers d’accueil, foyers de vie, hôpitaux publics et privés psychiatriques et de soins généraux, maisons de retraite, centres médico-psychologiques (CMP), centres médico-psycho-pédagogiques (CMPP), centres pénitentiaires, centres d’aide par le travail (ESAT), Centre d'accueil thérapeutique à temps partiel (CATTP), instituts médico-professionnels (IMPro), instituts médico-éducatifs (IME), établissements médico-pédagogiques (EMP), instituts de rééducation pédagogique (IRP), hôpitaux de jour, écoles publiques, privées ou spécialisées, etc…

D’autres applications se développent dans d'autres champs : sociaux, pédagogiques, judiciaires, associatifs, et dans le monde du travail.

D'autres instances administratives ont recours aux arts-thérapeutes : DDAS, CAF, Services Sociaux, Pôle Emploi, la Protection Judiciaire de la Jeunesse (PJJ), l'Education Nationale (GRETA).

 

 

Les arts-thérapies concerne tous les âges. Elle peut particulièrement être indiquée aux personnes qui ont des difficultés à :

- S’exprimer et communiquer verbalement avec les autres

- Organiser et structurer leur pensée

- Relier leurs paroles, leurs mots à leurs ressentis, à leurs émotions, à leur corps

 

De nombreux troubles psychiques et physiques comportent ce type de difficultés à différents niveaux :

Personnes âgées
Enfants
Adolescents
Adultes
Migrants
Personnes en difficulté/rupture sociale
3
Personnes souffrant de troubles psychiatriques (pathologies psychiatriques, addictions/dépendances/toxicomanie, troubles de la personnalité ...)
Personnes souffrant de handicap mental et /ou sensori-moteur
Personnes souffrant de difficultés psychologiques et relationnelles (névroses, troubles du comportement, traumatismes, deuils…)
Personnes atteintes de maladies somatiques (cancer, sclérose en plaque, accidents cardio- ou cérébro-vasculaires...)
Personnes en situation de détention
Personnes victimes
- Personnes âgées
- Enfants
- Adolescents
- Adultes
- Migrants
- Personnes en difficulté / rupture sociale
- Personnes souffrant de troubles psychiatriques (pathologies psychiatriques, addictions / dépendances / toxicomanie, troubles de la personnalité)
- Personnes souffrant de handicap mental, psychique et /ou sensori-moteur
- Personnes souffrant de difficultés psychologiques et relationnelles (névroses, troubles du comportement, traumatismes, deuils)
- Personnes atteintes de maladies somatiques (cancer, sclérose en plaque, accidents cardio ou cérébro-vasculaires)
- Personnes atteintes de maladies neurodégénératives (maladie d'Alzheimer et maladies apparentées)
- Personnes en situation de détention
- Personnes victimes de violences et de stress post-traumatique (violences familiales, conjugales, culturelles, politiques)

 

 

 

 

Consulter notre annuaire en ligne.

 

 

Actuellement, le SFAT est le premier et l'unique syndicat représentant les arts-thérapeutes en France, il a été créé le 7 novembre 2020. Le syndicat est historiquement lié à la FFAT, association 1901 dissoute en décembre dernier.

L'objet du syndicat est l’étude et la défense des droits et des intérêts matériels et moraux tant collectifs qu'individuels de ses adhérents arts-thérapeutes. 

Le SFAT se compose de membres professionnels, de membres professionnels accrédités, de membres affiliés et de membres associés qui réfléchissent et construisent cette profession. Tous les adhérents se réfèrent à un code de déontologie commun. En adhérant, les arts-thérapeutes en exercice et les étudiants en arts-thérapies peuvent rejoindre un groupe régional pour réfléchir à des problématiques et à des enjeux professionnels tels que la reconnaissance du métier.

Les critères d’accréditation du SFAT garantissent l’acquisition d'une compétence approfondie dans les domaines de l’art, de la thérapie et des arts-thérapies.

 

 

Le Syndicat Français des Arts-Thérapeutes est un syndicat professionnel indépendant géré par un conseil syndical composé d'arts-thérapeutes bénévoles, élus par les adhérents. Les membres du Bureau sont élus pour un mandat de 3 ans.

Tous les membres du conseil sont des arts-thérapeutes issus de différentes formations, exerçant leur métier dans différentes institutions et/ou en libéral, toutes les disciplines artistiques étant représentées.

 

Les membres du conseil syndical du SFAT :

Hélène Béreaud-Gonzales, secrétaire générale

Emilie Mégas, secrétaire

Justine Dayet, trésorière

Nadine Amorim, secrétaire adjointe

Viviane Seron, trésorière adjointe

Angela Evers, membre du conseil

Céline Le Roy, membre du conseil

Paula Martinez Takegami, membre du conseil

Anne-Sophie Massi, membre du conseil

 

 

Une première FFAT a été fondée en 1988, sous le statut d'une association. Une refonte a eu lieu en 1997 avec une nouvelle équipe. Le nouveau groupe de professionnels issus de différentes formations (AFRATAPEM, INECAT, PARIS V, etc) a créé la Fédération Française des Art-Thérapeutes en 2000, l'association regroupant des individus et des personnes morales.

 

Depuis 2000 la FFAT avait organisé des réunions entre arts-thérapeutes en formation et en activité et des contacts par réseaux. Ce sont mis en place : un code de déontologie, un règlement intérieur avec des critères d’adhésion, une liste de critères de compétences pour les arts-thérapeutes accrédités, un colloque annuel à partir de 2001 suivi de l'édition des actes du colloque sous forme de brochure, des groupes de travail thématiques tels que l'accréditation (2002), la supervision, le statut professionnel, la formation.

La FFAT a été dissoute le 7 novembre 2020, remplacée par le Syndicat Français des Arts-Thérapeutes pour adapter les moyens aux objectifs de reconnaissance professionnelle.

 

 

 

Pour la réalisation de son objet, le syndicat assure notamment les missions suivantes :

  • Définir les prérequis d’accès à la formation ainsi qu’un cadre de référence pour la pratique professionnelle tant au niveau des moyens, des buts que des conditions d’exercice ;
  • Rassembler les arts-thérapeutes autour d’une définition précise du métier, en élaborant des critères de déontologie, de formation, de compétences, de suivi de la pratique, de formation continue, de supervision et d’outils d’évaluation ;
  • Œuvrer pour la reconnaissance professionnelle, auprès des pouvoirs publics et de toute organisation concernée ;
  • Organiser des temps de rencontres et d’échanges, de réunions de travail, d’assemblées périodiques, de conférences, de colloques, de manifestations et toutes initiatives qui permettent de fédérer et de rassembler les arts-thérapeutes ainsi que celles pouvant aider à la réalisation des missions du Syndicat ;
  • Soutenir les groupes de réflexion ainsi que la recherche clinique, théorique et pratique, en arts-thérapies aussi bien qualitative que quantitative ;
  • Communiquer sur les différents domaines et aspects de la profession auprès du grand public et des professionnels pour favoriser son développement ;
  • Poursuivre et renforcer le travail de partenariat avec les instances européennes et internationales d’arts-thérapeutes professionnels ;
  • Présenter un annuaire d’arts-thérapeutes accrédités.

Cette énumération n’est pas limitative. L’objet du syndicat ne peut être limité que par les dispositions légales en vigueur ou à intervenir, relatives aux syndicats.

 

 

Publication des actes de ces colloques sous forme de brochure annuelle :

 

- 2001 : « Parlons ensemble de notre métier »

- 2002 : « Etre art-thérapeute aujourd’hui »

- 2003 : « Qu’en est-il de l’Art en art-thérapie ? Et qu’en est-il de la thérapie en art-thérapie »

- 2004 : « Cheminement singulier d’art-thérapeutes au pluriel »

- 2005 : « En route vers une accréditation des art-thérapeutes »

- 2006 : « Engagement de l’art-thérapeute : quels moyens pour le respecter ? »

- 2007 : « A la rencontre de l’autre en art-thérapie : l'art-thérapeute et ses détours »

- 2008 : « Art-thérapie, regards croisés »

- 2009 : « Statut et emploi de l'art-thérapeute: où en est-on en France et ailleurs? »

- 2010 : « L'art-thérapie, une profession à part entière »

- 2011 : « Articulations théorico-cliniques en art-thérapie »

- 2012 : « L'Identité de l'art-thérapeute au plus près de la clinique »

- 2013 : « Identité et pluridisciplinarité en art-thérapie »

- 2014 : « Silences subis, silence choisis »

- 2015 : « Art-thérapie : Dualité et intégration »

- 2016 : « De la mémoire, l'art-thérapie, un levier »

- 2017 : « Art-thérapie et langages »

- 2018 : « Art-thérapie et rituels »

- 2019 : « Natures et cultures en arts-thérapies »